retour

Maromme - Maisons de ville et logements collectifs

  • Maromme [Seine-Maritime]
  • 2018
en cours

< 123 >

Une typologie complète de logements collectifs, intermédiaires et individuels.

Construction d’un ensemble de 132 logements sociaux collectifs, intermédiaires et individuels, dans le quartier La Commune à Maromme (Haute-Normandie). Nous avons conçu des types d’habitat différenciés qui procèdent d’une même parenté pour déterminer une expression architecturale cohérente mais riche d’effets variés.

Les orientations urbaines définissent les ambitions du projet : ouverture sur le quartier, transition volumétrique, percées végétales, implantation de bâtiments en peigne, création d’îlots résidentiels clos, diversité de la typologie d’habitat. Signal du renouvellement de la ville, cette opération ambitionne la constitution d’un quartier agréable et attrayant, perçu comme s'étant constitué au fil du temps.

Le programme comprend trois îlots dont la hauteur des constructions décroît du nord au sud, à l’exception des plots latéraux qui marquent le rapport à la rue principale.

S’inscrivant  dans la continuité de futures opérations à l’est, le lot A se caractérise par sa situation la plus élevée. Il amorce la décroissance des réalisations au sud (lots B et C) bordées par trois plots sensiblement équivalents à l’est.

Logements collectifs
Les logements collectifs en R+5 comprennent un rez-de-chaussée traité spécifiquement, destiné aux bureaux de l'entreprise Dialoge (bailleur social de l'opération), un corps principal de trois étages et deux niveaux supérieurs d’attique. Les différents étages sont marqués par des horizontales qui enveloppent la résidence. La façade sud est habillée de claustras métalliques mobiles, ponctuée de loggias émergentes qui l’animent. En attique, sur les deux niveaux supérieurs, le bâtiment se découpe progressivement pour offrir une image variée (alternance d'enduit coloré et de mélèze). Il s’établit une fine hiérarchie  entre le rapport au sol très vitré face au jardin, la façade habillée de bois, et l’attique. Soigneusement assemblés, ces principes induisent une échelle moins imposante, plus individualisée. Ils favorisent une séduction visuelle tout en s’inscrivant strictement dans le gabarit imposé. L’ensemble collectif plus au sud comprend deux étages de moins, mais reprend sensiblement les mêmes dispositions.

Plots
Organisés de manière à ménager des prospects agréables, les "plots" développent un concept de pavillon vertical relativement compact aux façades partiellement creusées ou émergentes. Chaque entité est constituée de sous-ensembles superposant strictement trois appartements qui s’élèvent jusqu’en attique. Les horizontales allègent cette perception pour constituer avec les corps verticaux une image découpée. Les claustras s’insèrent en vibration dans cette géométrie hiérarchisée. La composition crée ainsi un mouvement ascendant spécifique à chaque unité. Le traitement différencié des matières pour chaque face augmente encore la richesse de la perception globale. La rampe d’accès au parking s’insère naturellement dans le soubassement du plot le plus au sud.

Logements intermédiaires semi-collectifs
Accessibles par des cheminements répartis en façade sud, les logements intermédiaires en cœur de quartier permettent de constituer un assemblage cohérent d’appartements groupés autour de l’entrée et l’escalier qui lui est associé. Terrasses, loggias, accès déterminent des variations à la plastique sculpturale. Par ses effets et ses matières, la résidence contribue à la séduction de tout le quartier. Faisant appel à des traverses vers les jardins intérieurs, le projet s’inscrit dans l’aménagement paysager du secteur.   

Logements individuels
La conception des logements individuels vient terminer l’échelle décroissante du projet. Reprenant le thème de l’assemblage sculpté des volumes, les logements déclinent une typologie équivalente de manière à structurer et ordonnancer l’espace urbain tout en assurant une variété formelle complémentaire des autres îlots. 

Stationnement
Le parking de 50 places s’inscrit en totalité sous les trois plots. La mise en œuvre d’un parc de stationnement unique dans la profondeur de la parcelle de l’opération permet d’éviter la réalisation de deux rampes et assure une bonne distribution latérale des places de parking pour tous les lots.

Espaces paysagers
La délimitation entre espace public et espace privé est claire. Les îlots sont ouverts, soit sur les espaces publics limitrophes, soit sur un parc intérieur. Le cœur d’îlot entre les logements intermédiaires et collectifs est traité en jardin clos dans l’esprit de l’aménagement général du quartier, poursuivant le principe des percées végétales avec ouverture à l’est et à l’ouest sur le paysage du coteau. Les prescriptions paysagères déclinent les différents thèmes à mettre en œuvre dans la séquence unitaire du site.

MAÎTRES D'OUVRAGE
Dialoge (bailleur social), Ville de Maromme

ARCHITECTE
Ameller Dubois

BUREAUX D'ÉTUDES TECHNIQUES
SOGETI Ingénierie, AR&C

ÉCONOMISTE
AR&C

 

Maître d'ouvrage
Dialoge, Ville de Maromme
Lieu
Maromme [Seine-Maritime]
Dates
2013 - 2018
Surface
9900 m²
Coût
13,5 M€HT
Architectes
Philippe Ameller, Jacques Dubois. Avec : Catherine Laroche, Grégoire Seidel, Manuela Ancau, Anne-Cécile Landru.
télécharger la fiche de présentation